Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

les defis de tricotine

2010-06-14T08:00:00+02:00

" le petit chaperon rouge revisité" par jill bill

Publié par amtealty bougnen

Le petit chaperon rouge revisité

Il était une fois ma grandma

Il y a très très très très longtemps, hou

Bien malade elle râlait au fond de sa forêt

A cours de vivres et de munitions

Pour son vieux tromblon

Arme de défense contre le loup aux aguets

Alléché par sa cuisine au saindoux

Mijotée au feu de petit bois...

Ayant eu vent de la chose

Ses hurlements pires que ceux d'un diplodocus point diplomate

Avaient déchiré l'ouïe de ma pauvre mère

Qui comprenant l'urgence

A l'autre bout de la forêt mise en transe

Par ces gueulantes familières

Avait préparé un panier d'aromates

Tout en me vêtant de mon chaperon rose

Elle y glissa aussi de la galette sans sucre sans sel

Un pot de gras de porc et un de confiture de pissenlits

Cadeau d'une voisine de notre communauté

Plus une cartouche de gauloise

Et une de balles pour qu'elle toise

Le loup qui la tutoyait de près

Toujours en quête d'un repas gratuit...

Sur ce après recommandations maternelles

Du genre «Méfie-toi du gros bûcheron libidineux »

Ou encore « Rentre avant minuit »

Et ceci « Ne parle pas au nain Khônu »

Toute innocente du haut de mes seize printemps, niaise

Je m'enfonçais dans la forêt un vendredi treize

La la la la la... troulala y es-tu

Vilain bûcheron que l'on dit au pays

Chantais-je pour me donner courage en ces lieux !

Soudain surgit d'un buisson l'homme en question

Qui me coucha dans les hautes fougères

Sortit son gros oiseau de la cage

Me le fit pleurer sous la cape rose

Pendant que le loup me volait lui autre chose

Saindoux et galettes au passage

N'ayant plus que les munitions à la panière

Grandma alitée me passa un de ces savons

En me voyant l'habit et la bobinette de guingois

Une pantoufle perdue avec le pucelage crénom

Sans provisions de bouche

Un sourire idiot sur les lèvres encore bées

Minuit allait sonner

Dangereux pour un chaperon rose, alors sa couche

Elle m'offrit ainsi que ses ronflements de bûcheron

Pour tout compte fait avec moi !!

JILL BILL

 

Défi n° 31

Les contes de notre enfance

 

    Tout le monde a lu les contes pour enfants, les a aimés, et peut-être a eu peur ?

Et bien je vous propose de les réécrire, ou du moins d'en réécrire un, celui de votre choix, le petit chaperon rouge, la belle au bois dormant, la belle et la bête ... la liste est longue !
Ce peut être un poème, une nouvelle, la forme est à votre convenance

Alors à vos plumes ! Amusez-vous bien ! voici ce que nous dit Haute Claire

 

Voir les commentaires

2010-05-31T08:00:00+02:00

"l'île aux morts "par jill bil pour le défi 30 des croqueurs de mots

Publié par amtealty bougnen
l'île aux morts

L'île aux morts

 

Je connais une île toute en silence

L'île aux morts comme aucune

Celle de Arnold Böcklin,

J'y ai mis le pied par inadvertance

Egaré dans une nuit sans lune

Alors que je dérivais loin

Si loin du port de mes pères

Solitaire navigateur

En proie aux vents violents

Mât brisé dans leur colère

Mal au cœur, si mal au cœur

Ballotté puis échoué ardemment

Sur ce morceau de terre inconnue

Elevée d'une roche brunâtre

Et si peu recouverte de végétation,

Que de frissons je fus parcouru

Sombre endroit sans le moindre âtre

Moindre lumière, moindre son

Aucun homme vivant habitait ces lieux,

Cette roche creusée de niches troglodytiques

Semblait à elle même livrée,

Je fis alors un modeste feu

Que j'éteignis avant l'aube pathétique

A l'approche inattendue d'une barque rongée

Un nautonier voilé entièrement pareil

A un cadavre dans son blanc suaire

Accosta sans bruit sur l'île déserte

Encore entre lune et soleil

Il portait à bout de bras un mystère,

Un corps dévêtu et inerte

Qu'il glissa avec soin dans un trou rocheux

Et s'en retourna à sa triste embarcation

Silencieux personnage fort et grand...

Le mauvais temps m'avait échoué sur l'île aux morts Monsieur

Et croyez-le ou non

Je reviens d'un cimetière émouvant

Celui des marins noyés et disparus en mer

Jamais rejetés sur le sable des plages

Ils reposent là-bas paisiblement

Gardés par je ne sais quel pauvre hère

Bienveillante silhouette sans âge

Une espèce d'ange qui recueille la mort des océans...

 

JILL BILL

pour le Défi n° 30 des croqueurs de mots

Une atmosphère de légende

 

Matelots ! Après Vamos a la playa d'Hélène

moi Adamante ,Je vous invite à donner libre cours à votre imagination fertile

pour nous raconter:

en vers, en prose, en images ou en sons,

l’un ou l’autre - l'un et l'autre  - ou tous réunis

une atmosphère de légende

vécue ou imaginaire

Faites-nous partager ce que ce mot évoque au plus profond de vous.

Faites-nous rire, trembler, rêver...

en toute liberté.

 

 

Voir les commentaires

2010-05-31T08:00:00+02:00

la légende de la fée marithé" pour le defi 30 des croqueurs de mots

Publié par amtealty bougnen

La légende de : « La fée Marithé »

Au pays de Squiffiec,

il y avait naguère plus de fées

dans la vallée du Trieux,

que de cheminées dans le village.

Un soir de pleine lune,

les fées, un peu dévergondées

se mirent à danser le « laridé »,

encore appelé la « danse des sureaux ».

Vint à passer, sous les coups de minuit,

douze beaux et jeunes garçons.

Éblouis par le spectacle,

les « minets » s'arrêtèrent.

Ils s'en revenaient du fest noz

de Pommerit Le Vicomte

où ils avaient bien tenu la buvette

et avaient un peu dansé la « gigue ».

Ils avaient abusé du « chouchen »

et étaient « bien chaud de boire ».

Les « jeunes fous » décidèrent d'inviter

les belles fées de Squiffiec

à danser la polka piquée.

Mais au cours de la danse endiablée,

les fées, avec à leur tête , la belle Marithé, entrèrent en fureur,

en s'apercevant que les garçons

avaient le souffle court et les jambes de laine.

La belle Marithé et ses copines

décidèrent que d'un coup de baguette magique,

en bois de sureaux,

ces « jeunots » deviendraient de gros matous

et qu'il y en aurait six noirs et six roux.

Les « pôvres » gars

ne s'attendaient pas à un tel sort.

Ils miaulaient, miaulaient de désespoir

et de détresse.

Pas facile de finir ainsi.

La belle Marithé qui avait le béguin

pour un certain Amédée

transformé en « Avel le chat roux »

décida en accord avec ses copines

de lever le maléfique sort.

Les fées promirent aux farauds

de les rétablir dans leur forme première,

aussitôt qu'ils auraient filé pour chacune d'elles, un manteau d'or et une robe d'argent tissé

dans le mica de la « plage » de Squiffiec .

La tâche de ces malheureux fut longue.

Certains en sont encore a tissé la robe ….

La légende dit qu'Amédée ne fut pas le premier

a terminé sa besogne

mais que Marithé l'attendit durant quinze années,

pendant lesquelles « Avel le Roux » fut dorloter!!!!!

Vous ne verrez jamais de chats roux ou noirs,

se promener sur l'aire de repos

par soir de pleine lune!!!!

Vous ne verrez jamais des « jeunots »

de Pommerit Le Vicomte danser la gavotte

avec les fées du Trieux .

Par contre vous verrez

certaines grands mères de Squiffiec

caresser avec amour

leurs chats roux

et d'autres jeunettes

adorer plus que tout, leur petit chat noir.....

 

Allez savoir, si derrière ces matous ,

ne se cachent pas de vrais princes charmants !!!

Croire en la légende ça rassure !!!

Foi de bretonne!

 

Amtealty Bougnen

pour le Défi n° 30 des croqueurs de mots

Une atmosphère de légende

 

Matelots ! Après Vamos a la playa d'Hélène

moi Adamante ,Je vous invite à donner libre cours à votre imagination fertile

pour nous raconter:

en vers, en prose, en images ou en sons,

l’un ou l’autre - l'un et l'autre  - ou tous réunis

une atmosphère de légende

vécue ou imaginaire

Faites-nous partager ce que ce mot évoque au plus profond de vous.

Faites-nous rire, trembler, rêver...

en toute liberté.

 

Voir les commentaires

2010-05-22T20:00:00+02:00

" balade au bord de l'orge" pour le défi 29 d'hélène et tricôtine

Publié par amtealty bougnen

Promenade de la « mère Yvonne » au bord de l'Orge

Je suis partie un mercredi pour Paris plage.

Les Bretons- Parisiens m'avaient dit :

il y aura du sable , du soleil .

Ils m'avaient même parler d'un certain Hélios!!

Un copain du midi, qui habite près de chez eux!!!!

Si tu viens n'oublies pas ton maillot de bain.

Prends ta crème solaire et le weekend sera super!!!

Ca aussi ils l'avaient dit!!

Je les ai cru

J 'ai préparé ma valise .

J'y ai tout mis,le maillot, la crème, les lunettes ,

le chapeau de paille breton, made in Bretagne naturellement.

Dans le coffre,de « titine » à coté de la caisse d'Andy

j'ai mis le transat,le parasol

et en route pour Paris plage.

Cinq heures plus tard , Tad Coz,

mon chauffeur particulier me déposait sur les bords de Seine.

Et là ce fut la scène .

Pas moyen de trouver le bac à sable.

Bertrand, il nous sort le bac à sable que l'été .

Tad Coz me dit tant pis !

T'inquiètes!!!

Tu sais au bord de l'Orge, il y a aussi du sable

et peut même une plage!!

Va savoir!

Nous avons demander à Gertrude Takara,

où se trouvait le 5 rue Edgar Degas à Brétigny .

Elle a finie par trouver!!

Mais une fois arrivée,

il n'y avait pas la plage.

Il n'y avait pas la mer,

mais il y avait au moins trois mères: Marylou,Yvonne et Sophie.

  Sophie qui courait, courait!

Elle en avait les mains moites et les pieds poites!

Elle cherchait la mer pour sa mère!!!!

Il n'y avait pas le soleil du midi.

Mais celui de onze heures donnait chaud malgré tout!!

J'ai vu le soleil, mais j'ai pas mis le maillot ficelle.

J'ai mis le maillot "Marcel".

C'est mieux pour terrasser!!

J'en suis certaine ,il y a du sable là-bas.

Et pour cause Soph et Sylvain ont défait la vieille terrasse!!

Du sable, il y en a partout,

sur ce qui appelait autrefois « pelouse ».

 

Je me suis tartiner de crème solaire.

J'avais peur de rouiller!!!

J 'ai sorti le transat,

le barbecue tout neuf .

Juste une  journée pour bronzer sur la terrasse.

Et hop! suis repartie direction Bretagne.

Revoir LE TRIEUX qui se jette dans la mer.

Je voulais revoir "mon" Paimpol.

Remonter grâce à  "mon radeau de la Méduse"

de Squiffiec jusqu'à sa plage de sable fin .

J'ai quitté ma Paimpolaise,

je l'ai laissé en pays étranger,

pour m'en-retourner dans mes Côtes d'Armor.

J 'ai vu le sable  à Brétigny mais pas la mer ,

d'ailleurs j'ai pas vu non plus le maire  de Brétigny !!

J'ai revu ma mère

et puis Yvon ,le maire de Squiff !!

Demain j'irais voir la côte sauvage et les falaises de Paimpol.....

 

Amtealty Bougnen

Pour le défi n°29,  Chez les "Croqueurs de Mots",

je vous propose de passer une journée d'exception... AU BORD DE LA MER.

voilà le message d'Hélène pour les croqueurs de mots

je sais je publie plus tard que les autres mais j'étais en vacances

et du coup je fais une petite entorse à la règle

 je voulais aussi faire plaisir à Hélène




Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog